ANNEXES           LEGENDE                                                                                                   Retour : ¤ Sommaire ¤

 

LEGENDE

 

ou

 

Du bon usage des transcriptions des Inventaires donnés en Annexes

 

 

Nous donnons en Annexes, la transcription des trois plus anciens inventaires de livres formant la bibliothèque de Victor Hugo à Hauteville House.

 

1 - Inventaire dressé

par François-Victor

 décembre 1866

2 - Inventaire "méthodique"

de Julie Chenay 1870

3 - Inventaire "local"

de Julie Chenay

1879

 

1 – La couleur des caractères

                - Le texte de l'auteur de l'inventaire (soit François-Victor Hugo, soit Julie Chesnay) est en caractères noirs

                - Les indications en caractères verts ont été portées sur le manuscrit par une main étrangère (sans doute celle d'un archiviste ou d'un chercheur). Il s'agit d'informations limitées : pagination, recollement d'un ouvrage signalé par un X, voire une tentative de transcription d'un mot peu lisible.

                - Les ajouts et les notes de bas de page de l'éditeur des inventaires sont en caractères bleus (voire, exceptionnellement, rouge).   

                - La couleur violette souligne une grande incertitude soit quant à la transcription d'un mot, soit – en note de bas de page – quant à l'identification d'un ouvrage.

 

2 – Les symboles utilisés par l'éditeur

2 – 1 : Les symboles communs aux trois Inventaires :

                - le premier chiffre, à gauche indique, tout simplement le rang de l'ouvrage recensé dans la page de l'inventaire traité. (NB : dans le cas de l'inventaire n° 1, cette indication est de la main de F.-V. Hugo.)

               

- puis vient une information sur le "statut actuel" de l'ouvrage. Rappelons (cf. Introduction - Mode d'emploi) qu'il y a trois "statuts" possibles :

                - Œ Ouvrage PRESENT actuellement dans la bibliothèque de Hauteville House,

-  Ouvrage TRANSFERE (dans une autre bibliothèque, ou – à tout le moins – signalé dans un catalogue de vente de livres),

- Ž Ouvrage DISPARU.

 

2 – 1 : Les symboles particuliers à certains Inventaires :

                - Dans l'Inventaire méthodique établi par Julie CHENAY, vers 1870, se rencontre le symbole : v. Il signale une anomalie : l'absence dans l'Inventaire Chenay L ["local"] (1879) d'un ouvrage pourtant mentionné dans l'Inventaire Chenay M ["Méthodique"] (vers 1870) et que l'on retrouvera, après 1879, sur les rayons de la bibliothèque de Hauteville House.

 

                - Dans l'Inventaire local établi par Julie CHESNAY, en 1879, se rencontre le symbole : ¤. Il indique que l'ouvrage recensé figurait déjà dans l'Inventaire Méthodique.

 

3 – Les Notes en bas de page

Les notes en bas de pages tentent d'identifier les ouvrages très sommairement décrits dans les inventaires. Pour les ouvrages de statut Œ et  les identifications sont assez certaines. En revanche pour les ouvrages aujourd'hui disparus (Ž), il s'agit d'identifications plus ou moins hypothétiques. Par exemple, pour un ouvrage ayant connu plusieurs éditions, comment savoir celle qui était en possession de Victor Hugo ? D'autres fois, l'hypothèse est plus osée ; lorsqu'elle ne repose que sur de trop fragiles indices, l'identification est donnée en caractères violets.

 

En tout état de cause, la pertinence de l'identification ne pourra être appréciée qu'en se reportant à la notice concernant l'ouvrage recensé. Là, les sources sont exposées et les hypothèses explicitées, si nécessaire.

 

4 – Remarques sur certains doublons relevés dans les Inventaires dressés par Julie CHESNAY.

 

                Nous avons déjà signalé les principales faiblesses du travail de recollement de Julie CHESNAY lors de l'établissement des inventaires "méthodique" et "local" : orthographe fantaisiste – qui résulte souvent du fait qu'elle inscrivait sous la dictée d'un assistant, confusion entre l'auteur d'un ouvrage et le préfacier du même ouvrage, erreur dans les dates, etc. Ici, nous n'examinerons que le problème posé par les nombreux doublons que nous constatons. Tous ne s'expliquent pas par l'existence de plusieurs exemplaires d'un même ouvrage.

Certes, dans l'Inventaire méthodique, un même livre peut être classé sous différentes rubriques : "Histoire", "Mémoires", "Politique", etc., mais une telle diversité de classement n'existe pas dans l'Inventaire local, puisque les ouvrages sont recensés vitrine par vitrine. Il arrive qu'un livre soit signalé plusieurs fois dans une même vitrine ; dans la quasi-totalité de ces cas, il s'agit du même ouvrage qui a été pris en compte, par erreur une foi de trop. Souvent, pour une œuvre signalée dans deux vitrines, on peut vérifier qu'elle comptait plusieurs volumes qui ont été dispersés – souvent, mais pas toujours. Autre explication, s'agissant de titres aujourd'hui disparus : Victor Hugo en possédait peut-être plusieurs éditions. Conclusion : il n'est pas toujours possible, de déterminer le nombre d'exemplaires de certaines œuvres présentes à Hauteville House.

 

                                                                                                                                                                                                                           Tous droits réservés : Jacques Cassier, sept. 2014

ANNEXES           LEGENDE                                                                                                   Retour : ¤ Sommaire ¤