Retour

Séance du 15 mars 2003

Présents : Guy Rosa, Anne Ubersfeld, Jacques Seebacher, Jacques Cassier, Stéphane Desvignes, Brigitte Buffard-Moret, David Charles, Franck Laurent, Myriam Roman, Junia Baretto, Marguerite Delavalse, Olivier Decroix, Jean-Marc Hovasse, Laurence Bertet, Yvette Parent, Isabel Nougarede, Loïc Le Dauphin, Mireille Gamel, Chantal Brière, Colette Gryner, Vincent Wallez, Marieke Stein, Delphine Van de Sype, Judith Wulf, Josette Acher, Aurélien Pernot.
Excusés: Sandrine Raffin, Bernard Degout, Florence Naugrette, Agnès Spiquel, Arnaud Laster, Denis Sellem.


 

Informations

Justice

La Cour d’appel de Paris a rendu le 19 février son verdict dans l’affaire Henri Troyat : il est condamné, assez lourdement sur le plan financier et, moralement, non sans quelque infâmie, pour avoir « contrefait » dans sa Juliette Drouet le livre de G. Pouchain et R. Sabourin, Juliette Drouet ou la dépaysée. Et G. Rosa dit que le jugement –aimablement transmis par G. Pouchain-, avec ses patients attendus, produit le même effet moral que tel des grands poèmes justiciers, L’Aigle du casque par exemple, tant l’iniquité est paisiblement établie et impeccablement punie.

 

Publications :

J. Seebacher fait circuler un article de Michel Kerautret, secrétaire de l’Assemblée nationale, « La Prusse, l’Allemagne et les Bonaparte – Le parcours de Victor Hugo », paru dans la Revue du souvenir napoléonien, n° 444.

 

Le Ministère de la Culture est en train d’établir la liste complète des manifestations du bicentenaire. Le fichier, qui n’est encore que partiel, présente déjà deux millions de signes ! G. Rosa  en fait circuler un tirage partiel ; il sera à la disposition des futurs émules de Sandrine Raffin. Il observe que, contrairement au centenaire de 1885, celui-ci se prolonge au-delà de l’année anniversaire : une commune de Loire Atlantique lui a par exemple demandé si le Groupe pouvait valider scientifiquement une exposition sur Hugo. Même si, finalement, le Conseil général de Loire-Atlantique a préféré la science des universitaire nantais, c’est un bon signe. F. Laurent déplore que la décentralisation s’étende à la recherche et qu’il devienne difficile de maintenir la convergence de compétence et de moyens que permet, seule, une recherche nationale (alors même qu’on ne cesse de nous inciter à l’ «ouverture internationale »).

Autre signe de cette persistance de l’ « effet centenaire », les éditions Laffont sont satisfaites du succès de la réédition des Oeuvres complètes. Inversement, Corti, dit Y. Parent, ne veut plus entendre parler de Victor Hugo ! G. Rosa excuse cette maison : il lui a fallu tout l’espace d’un centenaire à l’autre pour vendre le tirage initial (1100 environ) de Lire les Misérables.

 

D. Charles a lu le live d’une collègue du secondaire contre la dernière réforme de l’enseignement du Français. Elle y critique plusieurs sujets donnés dans les « annales zéro » dont quelques-uns concernent Hugo. L’un d’eux propose aux élèves d’écrire l’article du Moniteur répondant au poème Souvenir de la nuit du 4 ! Un autre invite à raconter la mort de Gavroche en focalisation interne ! Le texte Plantation de l’arbre de la liberté, au baccalauréat, demandait d’écrire sur ce modèle le discours d’un responsable de l’état qui, à l’occasion des vœux du nouvel an, exprimerait ses raisons de croire en un avenir meilleur. F. Laurent s’associe à la critique de ces sujets : confondre une révolution avec la progression du PNB ou la baisse des impôts ! J. Seebacher a vu, lui, dans L’Ecole des Lettres un exercice proposant de rédiger une défense de la peine de mort, contre Le Dernier Jour d’un condamné ! G. Rosa évoque l’accueil peu enthousiaste obtenu par sa critique de ces mêmes sujets –qu’il avait eu à cœur de préparer et d’écrire, pour ne pas se tromper- lors de la première réunion du Comité national Hugo du Ministère de l’Education, l’an dernier. Ils y avaient trouvé des défenseurs... Il regrette les exercices anciens de rhétorique, « Ecrivez la lettre d’adieu de Didon à Vercingétorix », qui donnaient à la rhétorique sa bonne place, celle d’une pure technique, et la tenaient éloignée du sérieux de la littérature, ainsi concrètement reconnu.

Y. Parent estime que les universitaires sont en partie responsable de cette utilisation, dégradante pour les textes et simplificatrice : les lycéens travaillent sur des éditions de poche dont les préfaces sont écrites par des universitaires. Les enseignants du second degré veulent faire des travaux correspondant au niveau élevé de ces travaux. Ils essaient, de bonne foi, de concilier la nécessité d’enseigner des techniques difficiles et une volonté de sérieux.

I. Nougarede renchérit : les universitaires devraient proposer, pour les collégiens en particulier, des éditions abrégées des textes, mais qui soient de bonne qualité. F. Laurent proteste : les universitaires ne font que leur travail lorsqu’il s’efforcent de faire connaître dans les éditions de poche le savoir, les idées et les interprétations existantes. Ils ne sont pas responsables du détournement des textes par l’idéologie dominante. D’ailleurs, Actes et Paroles n’a pas d’édition de poche et il ne fallait qu’un minimum de culture historique à la commission du baccalauréat pour éviter d’ajouter au discours de la Plantation d’un arbre de la liberté  une note expliquant que les formules en italiques étaient du « secrétaire de séance ».

 

Musique, cinéma

J. Acher fait part de sa découverte lors d’un festival Raoul Ruiz à Bobigny d'un film, Les Misérables, de Jean Lefaux, 1992, qui est une sorte de film sur le film, où les acteurs racontent leur interprétation des rôles.

Le TéATr’éPROUVèTe vient d’éditer un disque « Farid (Douadi) chante Hugo ». Six musiciens y participent, et ils donnent également des concerts.

 

Internet

J. Seebacher demande à G. Rosa s’il connaît le site Internet de J.L. Gaillard (ancien participant au Groupe Hugo) qui présente les lettres de Hugo sous forme chronologique. G. Rosa a visité ce site, original et riche, mais peu utilisable pour un usage « académique » en raison des coupures, collages de textes et insertion de commentaires…

Il en profite pour signaler –autre signe que l’intérêt pour Hugo n’a pas pris fin avec l’année 2002- que la consultation des sites Internet reste active, aussi bien pour celui du Ministère de la Culture –ce qui a conduit Reine Prat à le maintenir en activité alors qu’il était prévu de le faire passer en « archive »- que pour le nôtre qui a reçu, en janvier, une moyenne de 2 000 demandes par jour, émanant, durant le mois, de 13 500 « hôtes distincts ». On observe que le public a dû changer : en 2002, les consultations étaient les plus nombreuses le mercredi, et presque nulles le samedi et le dimanche ; cette année, elles sont en même nombre tous les jours, week end compris : signe que les lycéens fréquentent moins, mais les amoureux fervents et les savants austères davantage. En tête du palmarès des auteurs les plus « téléchargés », M. Roman (991 pour le mois janvier 2003), suivie de très très près par P. Laforgue (990), puis F. Naugrette (962), devant d’autres : C. Millet, G. Rosa, L. Wurtz, J.-M. Hovasse… En janvier, la consultation du site était seulement de 30% inférieure à celle de celui du Ministère de la Culture.

 

Les travaux du Groupe Hugo – programme -Fragments

P. Georgel a prévenu qu’il avait surestimé son temps –ou sous-estimé celui demandé par le sujet qu’il voulait traiter- et qu’il ne parlera pas lors de la prochaine séance, le 26 avril. Nous y entendrons Mireille Gamel, à propos des adaptations cinématographiques des œuvres de Hugo, projections à l’appui : c’est son sujet de DEA, préparé sous la direction conjointe de G. Rosa et de Madame Suzanne Liandrat-Guiges –spécialiste connue d’études cinématographiques. Cette intervention sera la soutenance de Mme Gamel.

 

G. Rosa et J. Cassier travaillent d’arrache-pied sur les fragments. G. Rosa s’emploie à la mise en forme permettant la communication et l’interrogation sur Internet ; J. Cassier a déjà enregistré la totalité de qui est publié –et l’est souvent imparfaitement de sorte qu’il estime qu’il n’y a pas plus d’une dizaine de manuscrits qui ne soient pas à revoir. Mais beaucoup aussi sont inédits. Ainsi du manuscrit 24 791 (« Histoire ») recommandé par J. Cassier à G. Rosa. Qui le lit sur le microfilm acheté par la Bibliothèque, avec, heureusement, le secours de la transcription déjà effectuée par R. Journet et G. Robert (en l’occurence, G. Robert, dont on reconnaît la petite écriture). Travail pénible (texte décourageant, microfilm peu lisible, cotes très difficiles à lire, verso de certains feuillets manquant, tampons de la BNF en plein sur le texte de Hugo, noms propres énigmatiques, datation peu sûre -les dates écrites, vraisemblablement par Madame d’Aubray, à même le manuscrit sont contestées par G. Robert), mais passionnant. Ces fragments, plus d’une fois sans intérêt  apparent,  sont pourtant travaillés par Hugo qui rédige jusqu’aux notes documentaires et, une fois sur deux, corrige. Il arrive qu’on fasse ou s’imagine faire des découvertes : tel bout de journal découpé par Hugo indique que la lecture médiévale de l’antiquité prêtait à Alexandre « douze pairs », lointains ancêtres de ceux de Charlemagne. C’est cela que Hugo note : « Dans les traditions du moyen-âge Alexandre a douze pairs comme Charlemagne. » Mais le même bout de journal porte aussi : « [...] s’élevant dans le ciel sur une boîte de cuir qu’il remplit d’une provision de chair fraîche et à laquelle il attache des griffons ; mais une chaleur excessive le force bientôt de redescendre [...]. » qui évoque de trop près le moyen de locomotion adopté par le Nemrod de La Fin de Satan pour ne pas laisser perplexe.

J. Seebacher s’oppose aux sélections opérées dans les manuscrits par les transcripteurs : du moment qu’on travaille sur les manuscrits, il faut tout relever ! De quel droit choisir ? Le critère d’intérêt est  purement subjectif, et dépend des axes de travail de chaque chercheur.

Les anciens remémorent alors la nostalgie du temps des manuscrits : les séances de travail, « autrefois », où Journet et Robert avaient tout leur petit arsenal (loupe, réglette à mesurer les pontuseaux, lampe de poche pour éclairer délicatement le papier par derrière et lire les lignes barrées en transparence… tandis qu’Annie brandissait le manuscrit tout entier à bout de bras devant elle, face aux fenêtres !). Et la colère apoplectique et muette de Guy Robert lorsqu’Annette Rosa laissa choir par terre, dans un grand bruit, l’énorme 24754. C’était le temps candide... J. Seebacher s’émerveille encore de l’illumination lorsque, après quatre, cinq minutes, passées sur des lignes obscures, tout à coup le sens apparaît ! Parfois aussi la faute grossière qui saute aux yeux lorsqu’on revient, plusieurs années après, sur une lecture. Ainsi dans cette liste de « choses à faire » pour Les Misérables, dressée par Hugo après sa relecture de son manuscrit, en 1860, avant d’en reprendre la rédaction. On avait toujours lu et publié partout : « Revoir le côté philosophique de l’évêque. » ; Hugo avait bel et bien écrit : « Revoir le côté politique de l’évêque ».

Maintenant, il faut passer par les microfilms.

Une surprenante exception a été concédée à J. Cassier : il a pu, sous haute surveillance, consulter le manuscrit des Contemplations et goûter le plaisir ineffable de lire ce qu’il y a sous les ratures.

Pour finir, G. Rosa et J. Cassier expriment leur souhait de rassembler une courageuse équipe  pour tordre une bonne fois le cou à cette petite dizaine de milliers de fragments exaspérants.


Communication de David Charles : "Hugo et la référence à l'actualité : l'exemple des Travailleurs de la mer (voir texte joint)


 

Discussion

A. Ubersfeld : La citation que tu as faite de But de cette publication, (« Si quelque œuvre d’art a eu le malheur de faire cause commune avec les vérités politiques, […] après la victoire elle […] ira se rouiller dans le tas. »), est fondamentale : là réside un problème essentiel de l’œuvre de Hugo. L’usage de l’actualité dans l’œuvre pose le problème de tous les procédés par lesquels Hugo met à distance l’actualité tout en l’indiquant.

 

F. Laurent : Je voudrais ajouter deux petites choses à ton excellent travail : d’abord, le docteur Tissot est aussi connu, sinon plus, comme l’auteur d’un célèbre ouvrage sur l’onanisme, mais également d’un nom moins célèbre ouvrage intitulé La Maladie des gens de lettres… C’est peut-être, de la part de Hugo, un clin d’œil de plus !

A propos des années 1827-1828, il n’est pas si surprenant qu’on en dise, dans Les Travailleurs, que tout y marche de travers : c’est le moment de la chute de Villèle, le début du faux-semblant libéral du ministère Martignac, le début, aussi, du conflit ouvert entre Charles X et la Chambre, et du succès des libéraux… L’année enfin des premières barricades à Paris depuis très longtemps.

J’ai aimé la façon, complète et précise, dont ton travail pose des questions essentielles : que faire des allusions à l’actualité dans les textes ? Comment s’inscrivent-elles dans une volonté d’universalité ? Mais il faudrait peut-être apporter une légère inflexion à ta deuxième partie. J’ai eu l’impression que les choses changent pour Hugo à partir du moment où il devient républicain. Avant, ce qui préside à ses propos sur la politique, c’est la disqualification des partis. Il ne dit jamais « nous » dans ses discours avant 1849. Mais à partir du moment où il admet la pertinence de la lutte des républicains, il peut dire « nous » -et le dit ; dès lors le rapport à l’actualité change parce qu’il est maintenant légitime et collectif. Dans Châtiments, les notes, celles qui citent Schoelcher, etc., visent à rappeler l’appartenance à une communauté politique et l’ancrage actuel des poèmes.

Dans ton autre approche, qui consiste à configurer ce qui, dans l’actualité, prend une figure historique, tu sembles récuser toute production de sens de l’actualité chez Hugo…

D. Charles : J’ai prêté attention davantage aux déclarations de Hugo sur cette matière qu’à sa pratique. Evidemment, cette question reste ouverte, comme celle du sens et de la fonction des allusions microscopique à l’actualité dans Les Misérables.

F. Laurent : ... or, lorsqu’on met en regard la biographie de Hugo et l’actualité (internationale surtout), on s’aperçoit que l’actualité active chez Hugo le passage de la méditation à l’acte, déclenche l’écriture et le projet ou la publication d’une œuvre. C’est vrai plusieurs fois au théâtre, pour Le Rhin évidemment et pour plusieurs poèmes –pour le recueil des Orientales aussi.

 

G. Rosa : Vous avez surtout envisagé l’actualité historico-politique. Qu’en est-il de l’actualité littéraire –dont Hovasse a montré que Hugo la suit très attentivement-, personnelle et scientifique ? Les Travailleurs de la mer entrent dans une mode littéraire (voir Gohin), peut-être aussi dans une évolution des mœurs voyageuses. Est-on alors à un tournant des voyages en bateau (comme il y en a eu récemment un, très sensible, pour les voyages terrestres, avec le TGV)?

F. Laurent : La période de la victoire des clippers sur la vapeur date de ces années 1860-1870.

D. Charles : Le problème des communications touchait de très près Hugo ; il n’avait que le bateau pour entrer en communication avec le continent ou l’Angleterre, il n’avait pas même de télégraphe électrique en exil ! Il lui arrivait de réagir trop tard à des événements politiques, parce que le courrier n’était pas arrivé à temps…

F. Laurent : C’était, en effet, un gros problème, qui nuisait à sa volonté de réagir sur tout : il recevait les journaux, les lettres, avec un retard considérable parfois –et regrettable ; de même dans l’autre sens : sa lettre demandant à Juarès la grâce de Maximilien, en 1867, arrive après l’exécution !

D. Charles : Quant aux références à l’actualité littéraire, elles sont rares dans Les Travailleurs de la mer, à l’exception du Prêtre marié, de Barbey d’Aurevilly.

F. Laurent : Elles ne sont pas forcément rares, elles sont cryptées. Il faut faire un travail de décodage.

D. Charles : Oui. La pratique de l’insinuation est fréquente, et les moyens de la polémique variés. Ils reposent sur la capacité du lecteur à décoder le texte. Une référence à la littérature est ainsi présente, implicitement, dans la rencontre de Clubin et de Rantaine en haut de la falaise ; cet épisode fait référence à une pièce du frère de Hugo, Eugène, Le duel du précipice.

G. Rosa : Tu t’es arrêté à L’Année terrible. L’Art d’être grand-père présente beaucoup de références à l’actualité, qui sont plus apparentes que dans d’autres textes : le Syllabus, l’amnistie, les dernières découvertes en paléontologie humaine…

F. Laurent : La présentation de David fait bien apparaître le caractère atypique, de ce point de vue, du régime d’écriture de L’Année terrible : il est différent dans le reste de l’œuvre poétique. Quant au Rhin, alors que Hugo va en Allemagne en fonction des événements, en pleine rumeur de guerre, rien de ces événements n’apparaît dans le texte, si ce n’est à l’état d’allusions dans la Conclusion.

G. Rosa : Cet effacement est explicable, puisqu’au moment de la parution du livre, tout cela n’est plus d’actualité. (A D. Charles) J’ai l’impression que, dans ton exposé, tu prends parti contre l’actualité.

D. Charles : C’est vrai.

G. Rosa : Hugo manifeste pourtant une curiosité quotidienne à l’égard de l’actualité ; c’est un grand consommateur de journaux, et d'actualité sous toutes ses formes.

 Marieke Stein


Equipe "Littérature et civilisation du XIX° siècle", Tour 25 r.d.c., Université Paris 7, 2 place Jussieu, 75005 Tél. : 01 57 27 63 68. Bibliothécaire : Mle Ségolène Liger.